Trilogie écossaise – Peter May [Les lectures de l’automne]

Hello !

Je reviens cette semaine avec un nouvel article consacré à la Trilogie écossaise de Peter May. J’ai découvert cet auteur l’année dernière, à la même période de l’année et j’ai vraiment apprécié son univers.

Alors pour la petite biographie, Peter May est né en Écosse mais vit actuellement en France. Il a écrit trois séries différentes et des ouvrages indépendants. Sa Trilogie écossaise s’inscrit chronologiquement après sa série chinoise. Sa dernière série s’intitule Assassins sans visage mais je ne peux rien vous dire dessus car je ne la connais absolument pas. Peter May est auteur de roman policier, genre littéraire dont je ne suis pas férue mais il faut toujours des exceptions. Étonnamment, je n’ai pas lu sa série chinoise (alors que j’adore la Chine pour ceux qui ne me connaissent pas, j’en ai même consacré une partie de mes études) mais je vous ferai certainement un article sur Qiu Xiaolong, auteur chinois de roman policier qui est vraiment top.

Revenons à nos moutons. Alors, j’ai décidé de faire cet article car je trouve que cette saga écossaise colle parfaitement au mois de novembre. On entre dans une atmosphère froide, brumeuse, pluvieuse autour d’histoires de meurtres. Cette trilogie débute avec L’île des chasseurs d’oiseaux, continue avec L’homme de Lewis et se termine par Le Braconnier du lac perdu.

Tout au long des trois livres, on suit l’inspecteur Finlay Macleod. La saga commence avec Macleod qui doit retourner à l’endroit où il a passé toute sa jeunesse afin d’enquêter sur un meurtre similaire à celui sur lequel il est en train de travailler. Il accepte la mission et quitte Edinburgh après le décès accidentel de son fils. Cet événement n’a pas maintenu son couple et il se sépare de sa femme pour repartir sur Lewis, une île au nord de l’Écosse. Son retour sur l’île le fait renouer avec son passé, ses anciens amis, son ancien amour et ses souvenirs les plus importants. Mais il découvre aussi des secrets maintenus sur l’île depuis des années qui vont se dévoiler au fil de l’évolution de son enquête.

Au cours de la trilogie, Finlay Macleod est toujours présent et tout se déroule sur l’île de Lewis mais l’auteur traite trois histoires différentes. En effet, dans L’île des chasseurs d’oiseaux, c’est l’histoire de Fin Macleod qui est raconté par lui-même. Mais deux histoires différentes sont racontées par la suite, toujours avec Macleod jouant un rôle autour d’elles. Je ne peux pas vous en dévoiler plus car de nombreux éléments découlent du premier tome donc je ne souhaite surtout pas spoiler !

J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteur alterne entre passé et présent tout au long des trois ouvrages, notamment pour le premier car je pense que c’est mon préféré. Les enquêtes sont bien menées avec toujours des rebondissements qui nous tiennent en haleine et nous donnent envie d’aller jusqu’au bout. L’ambiance aussi est vraiment top pour celles et ceux qui aiment s’imaginer les décors écossais, hivernaux et pluvieux avec un brouillard épais et gris pour surplomber tout le reste. On imagine les champs de tourbe, on sent le vent glacial du Nord nous refroidir complètement, on visualise les pêcheurs de l’île luttant contre la mer capricieuse ainsi que les habitants attachés à leur île ne connaissant presque rien au monde extérieur. L’univers est donné et l’auteur nous raconte parfaitement ce qu’il connaît.

Cependant, le seul reproche que je pourrais faire  à cette saga est que les codes utilisés (j’entends par là, littéraires et scénaristiques) sont les mêmes tout au long des trois livres donc même si on ne connaît pas le dénouement, on reste moins surpris à l’arrivée avec les tomes 2 & 3. Mais il n’empêche que cette saga vaut vraiment le coup car elle débute du tonnerre et finit sur une histoire de jeunesse attachante et surprenante !

Je vous laisse sur une citation de L’île des chasseurs d’oiseaux que j’aime beaucoup :

« Quelle  que soit ta pire peur Fin, quelle que soit ta plus grande faiblesse, tu dois leur faire face. Tu dois les affronter, ou tu passeras le reste de ta vie à le regretter. »

Si ça donne pas envie de tout péter ça !

À bientôt sur le blog 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s