« Comme il est vrai que la beauté réside dans le regard de qui la contemple. »

Hello !

Je reviens sur le blog après tant de semaines inactives. En fait, j’étais en pleine rédaction de mon mémoire de première année et du coup j’ai eu énormément de travail ces derniers temps et j’ai un peu négligé ce blog.

Donc je décide de revenir pour épater vos papilles puisque je ne vais non pas vous donner une recette mais deux ! INCROYABLE ! Ma gentillesse me perdra. & en plus de ça vous ne pourrez plus vous en passez. Étant donné que je cuisine énormément avec des produits asiatiques, ces deux recettes auront cette note exotique puisque ce sont des plats japonais et thaïlandais. Les carnivores, passez votre chemin, car ces deux petits plats sont composés uniquement de poisson !


Première recette : Teriyaki de saumon

Alors il faut savoir que cette recette est hyper-méga-simple de base mais au lieu d’acheter de la sauce teriyaki toute faite, on l’a fait soi-même et c’est encore meilleur !

Les ingrédients : (pour 4 personnes) (il faut prendre en compte une heure de repos pour le poireau)

– 4 filets de saumon de 120g environ, et sans arrêtes c’est plus agréable (ce poisson peut être remplacé par de la truite qui est moins grasse et moins chère)
– de l’huile de tournesol
– du poivre de Sichuan (alors ce n’est pas un poivre très commun car celui-ci a un goût un peu plus citronné, acidulé mais du poivre noir ou gris du moulin fera l’affaire)
– 1 blanc de poireau

Pour la sauce teriyaki :

– 1 c. à s. de sauce soja
– 3 c. à s. de mirin (condiment japonais, sorte de saké mais doux, pareil ici, si vous ne pouvez pas vous en procurer, remplacez le par du vin blanc sec)
– 2 c. à c. de sucre
– 1 c. à s. d’eau

– du riz thaï ou des pommes de terre nouvelles


La préparation :

1 – Préparez des cheveux d’ange de poireau : taillez le poireau en deux tronçons et placez la partie intérieure contre la planche à découper. Émincez finement dans le sens des fibres, puis plongez les cheveux d’ange dans un saladier d’eau glacée durant 1 heure.

2 – Pour réaliser la sauce teriyaki, mélangez tous les ingrédients dans un bol. N’hésitez pas à doubler voire tripler les doses pour avoir une quantité de sauce suffisante.

3 – Séchez les filets de saumon avec du sopalin. Faites chauffer une demi-cuillerée à soupe d’huile de tournesol dans une poêle, puis faites-y dorer le poisson des deux côtés, à feu moyen. (Le temps de cuisson dépend de l’épaisseur des filets et si vous les préférez bien cuits ou un peu cru à l’intérieur comme moi je les affectionne).

4 – Retirez les filets de la poêle et séchez ou rincez la poêle pour enlever l’huile. Remettez le saumon dans la poêle et à feu moyen, versez la sauce teriyaki par dessus. Laissez réduire la sauce jusqu’à ce que celle-ci devienne un peu plus sirupeuse. Pendant la cuisson, continuez d’arroser le saumon de sauce. Assaisonnez légèrement de poivre.

5 – Disposez les filets de saumon dans des assiettes et arrosez d’un peu de sauce. Ajoutez un peu de cheveux d’ange de poireau à côté. Servez avec du riz ou des pommes de terre assaisonnés de la sauce teriyaki.

Oune délice.
Oune délice.

Note : J’ai choisi des pommes de terre pour changer du riz mais les deux s’agrémentent très bien ! Sur les pommes de terre j’ai versé de la sauce yakitori toute prête (oui bon je vous vois derrière votre écran, « haaaaaaaan lalalala », on a TOUS des moments de faiblesse). En fait, si j’ai utilisé cette sauce c’est surtout parce que je n’avais pas fait assez de sauce teriyaki lors du dressage des assiettes.

Si j’avais pu en refaire? …. BON. Passons au second plat !


Deuxième recette : Chu Chi Pla (traduction = sushis plats HAHAHAHA. Trêve de plaisanteries, en fait c’est simplement du curry de poisson)

Les ingrédients : (pour 4 personnes)

– 2 filets ou pavés de poisson blanc (personnellement j’ai utilisé du filet de julienne, mais du cabillaud, du sandre, du rouget, tout ce qui est blanc est parfait !)
– 1 petit piment rouge frais (ou en poudre si vous n’en trouvez jamais dans votre grande surface comme c’est le cas pour ma part)
– une dizaine de feuilles de basilic
– 4 cuillerées à soupe de pâte de curry rouge thaï (cet ingrédient est facilement trouvable dans les rayons « cuisine du monde » des supermarchés)
– 40cl de lait de coco
– 3 c. à s. de sauce nuoc mam (ou sauce poisson)
– 2 c.à s. de sucre
– 4 feuilles de combava (le combava est un agrume qui rappelle la citronnelle, on en trouve dans les épiceries asiatiques. Son zeste ou ses feuilles sont généralement ce qui est le plus régulièrement utilisé. Personnellement, j’ai choisi d’en avoir sous forme de feuilles séchées comme ça je peux les conserver longtemps et j’en ai à portée de main. En conclusion, si vous ne pouvez pas vous en procurez, utilisez de la citronnelle).
– sel
– du riz thaï


La préparation :

1 – Coupez les feuilles de combava, ou émiettez les si elles sont séchées, ou bien encore coupez la citronnelle pour remplacer le combava. Ciselez le basilic et coupez le piment en biais (ou pas si vous en avez en poudre ou séché). Réservez.

2 – Dans un wok ou une poêle assez profonde, mettez le lait de coco (mais gardez-en un peu, genre 4 cuillères à soupe pour le dressage), la pâte de curry rouge et les feuilles de combava. Portez à ébullition tout en remuant pendant quelques minutes à feu moyen. Ajoutez la sauce nuoc mam, le sucre et mélangez. Incorporez les pavés ou filets de poisson (coupez les filets en plusieurs morceaux, c’est plus esthétique et plus agréable à la cuisson tout comme à la dégustation). Laissez frémir à couvert pendant 10 minutes environ sur feu moyen, jusqu’à obtenir une sauce curry assez crémeuse. Faites cuire le riz en parallèle.

Comment appelle-t-on du riz et du curry qui cuisent ensemble ? Du CURIZ. J'ai un humour de DINGUE.
Comment appelle-t-on du riz et du curry qui cuisent ensemble ? Du CURIZ. J’ai un humour de DINGUE.

3 – Disposez le poisson dans des assiettes creuses de préférence. Versez la sauce curry sur et autour du poisson et un peu du lait de coco réservé précédemment. Parsemez de basilic et de piment. Dégustez avec du riz nature.

TADAA
TADAA

Ces deux recettes ne viennent pas de moi une fois de plus, elles viennent d’un des mes livres de recettes sur la cuisine asiatique. Mais comme toute recette, je les modifie et rajoute ou enlève certains éléments pour adapter les plats à ma sauce. En effet, certains ingrédients ne sont pas toujours évidents à trouver et puis j’aime transformer quelques critères pour m’approprier vraiment les plats que je cuisine !

Bonne dégustation à tous et à bientôt pour un nouvel article 😉

xo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s